Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/09/2012

CHAMPIONNAT D'EUROPE DE JODO / A POVEDA le bronze en individuel

 

400791_217640155031851_92069356_n.jpgL'un des plus importants rendez-vous du jodo européen vient de se clôturer à Bruxelle, alors que la saison s'ouvre à peine. La délégation française eut fort à faire. Cependant elle n'aura pu s'imposer et elle reviendra avec une seule médaille de bronze en 5e dan, décrochée par Alexandre Povéda, DTR L-Roussillon et enseignant à Perpignan.

Chantal Fougeray, présidente de la comission Jodo et chef de délégation obtiendra le 6e dan. Félicitations à tous deux.

Un extrait des impréssions à chaud d'alexandre :" L'après-midi ce sont les individuelles. En tant que 5e dan je passerai tard. Je vois donc les autres se lancer, les uns après les autres. Je vois la plupart se faire sortir. Certains on fait un gros boulot pour sortir de leur poule: Vivien Dioux a fait deux fois les combats de poule à cause d'une égalité parfaite. il a réussi à s'en sortir, et c'est sa première participation! Il perd en quart. Je navigue entre inquiétude, espoir et ennui. Le stress est toujours là, mais je commence à sentir le vent tourner. L'envie arrive. Quand c'est notre tour je commence par le rôle du sabre pour Jean-Marc. nous perdons les deux combats de pool, c'est fini. la poule suivante, c'est mon tour, je suis décidé à tout brûler. Je rentre sur le shiaijo électrisé. Je sens le sol dans mes jambes, l'énergie qui en monte. Premier combat face à Wolfgang Marco que je connais assez bien. Je gagne. Puis un néerlandais que je ne connais pas. Je gagne. Je sors premier de ma pool. Je vais combattre Andrew Watson, un britannique dont le style plaît beaucoup aux arbitres; un grand habitué des podiums. Je sais la compétition terminée pour moi, mais suis décidé à produire un petit miracle si j'en ai l'occasion. Je rentre sur le shiaijo avec un sourire intérieur. Tout est clair. Comme les deux combats précédents tout me semble plus facile, je sens la puissance qui monte dans mes jambes et mes hanches. les postures sont basses. Mon esprit est libre, je dois rester dans le combat et ne pas me laisser griser. Je sens Jean-Marc au bout de mon jo, il est puissant, précis, et accompagne les petites imprécisions que je fais pour que ça passe malgré tout, sans complaisance. Il est parfait dans son rôle. Je remarque des fautes mais les regarde passer sans doute. Cela n'a plus d'importance. Je ne cherche pas la perfection, mais le dépassement. J'expérimente le "flow" que décrit Sky Christopherson dans The Greater Meaning of Water Film. Je perds 2-1, avec une médaille de bronze. je souris. J'ai réussi."

Les commentaires sont fermés.