Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/12/2011

"HARA-KIRI : MORT D'UN SAMOURAI" AU CINEMA LE 30 NOVEMBRE

hara-kiri-mort-d-un-samourai-22375-1644187882.jpgTout ce que l'on croyait savoir du réalisateur Takashi Miike est ici remis en question. Hara-kiri ne ressemble en rien à la caricature que l'on a pu faire des oeuvres de ce cinéaste japonais prolifique, auteur d'une cinquantaine de films oscillant du polar noir au film de yakuza hyperviolent, de la satire au réalisme magique, du fantastique ivre d'effets au loufoque provocant. Miike est survendu comme un transgresseur de tabous déjanté. 

Rien de tel dans Hara-kiri, qui se rapproche plutôt de sa veine contemplative, voire poétique (bird people in China en 1998, Visitor Q en 2001), et qui contredit sa (fausse) réputation d'auteur misogyne. Au départ, il y a un roman de Yasuhiko Takiguchi, dont le cinéaste Masaki Kobayashi (l'auteur de Kwaidan en 1965, Rébellion en 1967) réalisa en 1962 une superbe adaptation. Il fallait oser signer un remake de ce classique du cinéma japonais : Miike a relevé ce défi, et plus qu'agréablement surpris le Festival de Cannes.

la critique complète sur : http://www.lemonde.fr/cinema/article/2011/11/29/hara-kiri...

La fiche du film : http://www.cinemovies.fr/fiche_film.php?IDfilm=22375

Les commentaires sont fermés.